Nous avons appris tout récemment l’existence sur internet, d’un blog ouvert en 2012 et se revendiquant comme étant celui du très fantomatique « Parti Juche de France » qui, profite visiblement de l’absence de notre parti sur internet pour se revendiquer, sans rire, comme étant « le seul état major politique à diriger et à représenter de façon unitaire le développement des idées du Juche en France ».

Ce pseudo parti invisible s’est dernièrement fendu d’un communiqué auquel nous nous devons de répondre, arguments à l’appui, afin de mettre une bonne fois pour toute les choses au clair.

Un parti mythomane

Dans sa page de présentation, ce « parti » qui reprend quasiment le nom de notre parti assure exister depuis 2007 alors qu’il n’a strictement aucune existence prouvée en dehors de ce blog ouvert en 2012. Rien. Pas un article dans la presse, pas un tract, pas une réunion publique, pas d’existence juridique en tant que parti politique, pas de bulletin ou d’organe de presse, pas de congrès, pas de militants. Rien de rien à part un blog et un compte Twitter.

Ce parti pousse la mythomanie au point de présenter un organigramme sur lequel figure deux dirigeants qui n’existent pas plus que ce prétendu parti. Seulement deux photos glanées sur le net et deux noms très communs « Philippe Lefebvre » et « Jérôme Bernard » (et pourquoi pas Bertrand Dupont ?) dont on ne sait strictement rien : pas de biographie, pas de parcours politique, pas même une brève présentation. Rien. On nage en plein néant.

Par ailleurs, il serait intéressant que ce « parti » nous prouve ses liens qu’il prétend avoir avec la RPDC. Car, après vérification auprès de la représentation diplomatique de la RPDC à Paris, il s’avère que ces gens sont totalement inconnus aux yeux des autorités nord-coréennes.

Il n’existe qu’un seul Parti Juchéen en France

Ce blog créé en 5 minutes ne pèse pas un gramme de crédibilité face à notre organisation, née en 2009 à la suite d’un congrès qui avait réuni plusieurs groupes et mouvements pro-Corée du nord, fruit d’un laborieux travail politique et intellectuel qui a démarré en 2006 avec la création du CERJF (Centre des études révolutionnaires du Juche en France) et l’édition d’une revue clandestine « Uri Juche » (Notre Juche).

Le Parti Juchéen de France est le seul à avoir été en relation avec la presse française et internationale suite au décès du Camarade Kim Jong-il, en témoigne les nombreux articles parus dans Rue89, France3 Limousin, Médiapart, Slate.fr et de bien d’autres médias. Ce qui – jusqu’à preuve du contraire – n’est pas le cas du « Parti » Fantomatique Juchéen dont la seule volonté semble être de profiter de notre absence d’activité sur le net pour nous subtiliser notre place.

Nous avons donc bel et bien affaire à une coquille vide qui est certainement l’oeuvre d’adolescents qui s’ennuient pendant leurs vacances estivales, comme le démontre l’argumentaire solide de la présente mise au point. S’ils souhaitent y répondre, libre à eux, mais qu’ils le fasse sur le terrain des arguments comme dans notre cas, plutôt que sur celui des grandes phrases pompeuses dont est truffé leur communiqué.

Pour le Parti Juchéen de France
https://juchefrance.wordpress.com
pcmjf[AT]voila.fr

Publicités

Nous venons expressément d’apprendre qu’un coréen exilé aux Etats-Unis, dit « Robert Park », âgé de 28 ans, vient de s’infiltrer en Corée. A Séoul cette semaine, Park avait déclaré à Reuters qu’il était de son devoir de chrétien de faire ce voyage, et qu’il ne voulait pas que les autorités américaines viennent le secourir. Il serait rentré en RPDC par la frontière nord du pays. Les agences fantoches sudistes précisent avec arrogance qu’il aurait franchi la frontière à un point où les patrouilles sont les plus fréquentes, près de la ville frontalière de Hoeryŏng. Selon les témoins victimes de ses pitreries de mauvais gouts, Park, évangéliste pratiquant, s’est exclamé une fois la frontière franchie: « Je suis un citoyen américain. Je vous apporte l’amour de Dieu. Dieu vous aime. » L’hurluberlue aurait aussi soutenu les thèses suivantes: « Tant que les camps de concentration n’auront pas été libérés, je ne veux pas sortir. Si je dois mourir là-bas avec eux, je mourrai. En tant que chrétiens, nous devons prendre la croix pour ces hommes, femmes et enfants innocents, ce qui signifie sacrifier nos vies pour la rédemption des autres. »

Bien entendu le PCJF ne peut soutenir ces allégations diffamantes et condamne fermement les volontés d’ingérences impérialistes des suppôts de Washington, qui par pseudo-humanisme christique se permettent de s’introduire dans la politique souveraine de la Corée qui est un exemple pour l’humanité tout entière.

Pour le parti communiste Juchéen de France, le 28 Décembre 2009.

Nous apprenons à ce jour la condamnation de Liu Xiaobo à 11 ans de prison ferme par le tribunal de Pekin. Qualifié de « dissident héroïque » et de « figure de la lutte démocratique en Chine » par les droits de l’hommistes de tout poil, Liu Xiaobo, pantin multi-récidiviste téléguidé par les puissances impérialistes occidentales a déjà été condamné à 3 ans de prison en 1996 pour propos subversifs envers le Parti Communiste Chinois.

Le PCJF salut cette décision de justice mais s’insurge en même temps contre l’ingérence de l’union européenne et des USA dans cette affaire qui demandent en coeur la libération de cet espion criminel, remettant ainsi en cause un jugement équitable et l’indépendance de la justice chinoise.

Pour le Parti Communiste Juchéen de France, le 25/12/2009

Au moment même ou l’ancien président américain Bill Clinton se rend en RPDC pour obtenir la libération des deux journalistes incarcérées, les droits de l’hommiste de tous poils s’accordent pour réclamer leur libération au nom des prétendues « droit humains ». Le bureau politique du PCJF maintient sa position et considère qu’une décision de justice prononcée par un tribunal souverain ne saurait être bafoué de la sorte, ainsi, nous trouvons juste qu’elles purgent jusqu’au bout leur peine de 12 ans de travaux forcés afin de payer pour les crimes qu’elles ont commis. Nous reproduisons ci-après le rapport détaillé de l’affaire publié par l’agence KCNA et traduit en français par le comité de rédaction du PCJF.

 L’agence KCNA a publié un rapport détaillé qui révèle au grand jour les crimes commis par les deux journalistes américaines qui ont été arrêtées pour être rentré illégalement sur le sol nord coréen et avoir commis des actes hostiles pour lesquels elles ont été jugées.

A l’aube du 17 mars, deux hommes et deux femmes non identifiées ont secrètement traversés le fleuve Tumen pour s’introduire dans le village de Kangan-ri dans le conté d’Osong qui se situe dans la province du nord-Hamkyong.  C’est à cet endroit que les deux femmes ont été arrêtées.

Il a été confirmé que les deux femmes arrêtées étaient Laura Ling, 32 ans, sino-américaine et correspondante pour la chaine Current TV ainsi qu’Euna Lee, coréenne américaine de 36 ans et éditrice chez Current TV.

L’investigation a prouvé que les intruses ont traversées la frontière pour commettre le crime de produire des documents vidéos destinés à être utilisés pour une campagne de propagande visant à souiller la Corée du nord sur la question des droits de l’homme.

L’investigation préliminaire a prouvé qu’elles avaient déjà pour projet de produire et diffuser un documentaire contre la RPDC avec Mitch Koss, producteur exécutif des programmes de Current TV, David Neuman, président des programmes et David Harleston, chef du département juridique de Current TV ainsi que d’autres personnes à Los Angeles en Janvier.

Le procès des accusées s’est tenu du 4 au 8 juin 2009 dans la cour de la ville de Pyongyang.

Durant le procès, les accusées ont admises que les actes qu’elles avaient commis constituaient de vrais crimes qui cachaient des motivations politiques visant à isoler et critiquer le modèle socialiste de la RPDC en trafiquant des images dans le but de falsifier les performances de la Corée du nord en matière de droits humains.

Au nom de la république populaire et démocratique de Corée, et en vertu de l’article 44 du code criminel, les deux journalistes ont été condamnées à 12 ans de rééducation par le travail de force.

Le début de la peine de prison a été compté à partir du 22 mars 2009, date à laquelle elles ont été arrêtées.   Les criminelles ont acceptées et reconnues le jugement.

La RPDC suit avec un haut degré de vigilance la réaction des impérialistes américains à propos de ce dossier.

Source: KCNA. Traduction: Comité de redaction du PCJF.

EDIT au 4/08/2009: Nous apprenons à l’instant que le cher leader Kim Jong-il a décidé d’accorder une grâce spéciale aux deux journalistes criminelles. Cette décision fait suite aux excuses faites par Bill Clinton au guide de la nation nord-coréenne. Clinton a exprimé à Kim Jong Il des excuses sincères pour les actes hostiles commis par les deux journalistes américaines contre la RPDC après y avoir pénétré illégalement.

Dans une note intitulée « fascisme anecdotique mais révélateur », le site web maoïste contre-informations présente un pseudo groupuscule rouge brun (front de la renaissance maoïste) qu’il amalgame avec notre parti qu’il qualifie de « groupe non moins ultra délirant inventé par un fan de la Corée du Nord social-fasciste, qui n’a jamais été maoïste ni de près ni même de loin« .

Ces accusations portées à la légère méritent un certain nombre d’explications.

  • Il est tout d’abord étonnant de constater que le PCMLM perde son temps à donner de l’importance à ce fameux « front de la renaissance maoïste » qui n’est rien d’autre qu’un blog affreusement mal orthographié et certainement rédigé par un adolescent fanatique qui a trouvé de quoi occuper ses vacances d’été sur internet. Dans ce sens, nous ne voyons pas l’utilité de brandir le drapeau rouge pour hurler au mythe social fasciste.
  • Le PCMLM compare ensuite ce blog à notre organisation qu’il qualifie de simple groupuscule créé par un fan. C’est de toute évidence faux. Et tous ceux qui connaissent notre parcours peuvent en témoigner. Le PCJF (Parti Communiste Juchéen de France) est issu du regroupement de plusieurs structures favorables à la RPDC telles que le CERJF (centre des études révolutionnaires du Juche en France), les JJF (jeunesses Juchéennes de France, présentes dans les universités), l’UKF (union des kimilsungistes de France) et l’association post-maoïste « Les amis de la longue marche » qui nous ont rejoins durant le processus de création du parti et qui, à l’époque où nous discutions encore des textes, nous avaient proposé d’inclure la référence au maoïsme dans le nom du parti; proposition qui fut rejetée par les délégués lors du congrès de fondation en mai 2009. Ce qui signifie clairement, que même si une partie de nos membres se revendique de l’idéologie de Mao Zedong, le PCJF lui, ne suit comme idées directrices que celles du Juche de Kim Il-sung.
  • Encore au sujet de notre organisation, considérée comme étant un simple « groupuscule » par ce PCMLM dont l’activité ne semble se baser que sur internet. Le PCJF est un parti de tradition ouvrière constamment présent sur le terrain auprès du prolétariat pour le soutenir dans les luttes, notamment pour la régularisation des sans papiers, le droit au logement, les luttes contre les délocalisations etc. Nous étions également présents dans les cortèges des deux premières journées de mobilisation nationales de janvier et mars 2009.
  • Nous avons pris connaissance des positions du PCMLM vis-à-vis de la RPDC qu’il considère comme fasciste. Nous regrettons ces conclusions hâtives et invitons les cadres de ce parti à se documenter sur l’histoire de la Corée populaire ainsi qu’à la mise en place du socialisme dans cet état qui dispose d’une constitution qui n’a rien de fasciste.

 Pour le parti communiste Juchéen de France, le 2 aout 2009.

Le 8 juin 2009, l’agence de presse KCNA a rapporté que la cour suprême (plus haute autorité de justice en RPDC) a condamné deux journalistes américaines a 12 ans de travaux forcés à l’issue d’un procès qui s’est tenu du 4 au 8 juin. Ce jugement a confirmé le grave crime commis par ces deux espions de l’impérialisme qui ont franchi illégalement la frontière coréenne.

Le bureau national du PCJF salut cette juste décision de justice.

Le bureau politique du PCJF s’est réuni ce 29 mai 2009 afin de déterminer la position du parti pour les élections européennes du 7 juin 2009. Considérant que :

  • Le NPA (nouveau parti anticapitaliste), issu du groupuscule trotskyste « LCR » a décidé de sombrer dans le crétinisme parlementaire  et confirme ainsi la tendance à l’opportunisme de la mouvance d’extrême gauche.
  • L’alter-opportuniste Joseph Bové a fait vœu de non cohérence en faisant liste commune avec Cohn-Bendit, partisan du « oui » au référendum européen de 2005.
  • Le P«C»F  s’est engagé dans la voie de la social-démocratie en s’alliant avec le sénateur bureaucrate bourgeois Jean-Luc  Mélenchon sous le nom hilarant de « front de gauche ».
  • Le Parti « Socialiste » de l’Enarque Martine Aubry se fait l’allié fidèle de la droite conservatrice européenne (notamment en votant les directives libérales du parlement et en soutenant la réélection de l’atlantiste Barosso à la tête de la commission européenne).

Le PCJF (Parti communiste Juchéen de France), seul parti politique français pro-coréen et ayant pour idéologie directrice le Juche de Kim Il-sung appelle les communistes de France et d’Europe à s’abstenir massivement lors de ce scrutin.

Nous savons pertinemment qu’aucune avancée concrète n’est possible ni avec cette élection ni avec aucune autre. C’est la guerre populaire et elle seule qui peut faire changer les choses. Les organisations révisionnistes et bourgeoises qui organisent des promenades champêtres une fois tout les deux mois ne sont pas près de faire tomber le régime fasciste de Sarközy. Le mot d’ordre est très  clair : le prolétariat de France doit entamer une marche au son du clairon sous la bannière du parti communiste et lancer la guerre populaire qui nous débarrassera définitivement du nauséeux régime capitalisme.

Longue vie aux idées du Juche du grand leader Kim Il-sung et à la politique de Songun du cher leader Kim Jong-il !